Tout un train de vie

Publié le par Duinhir

3 juillet 1902, au coeur des états unis, non loin de Duluth, sous une chaleur étouffante, les ouvriers chinois de la transcontinental Railway Union peinent sous le poids des rails. Les contremaitres les pressent, ils doivent avoir atteint la ville avant la fin de la semaine. Bob Finnegan les a prévenus, il n'y aura pas de prime si la Northern Rail Company relie la première la ville du Minnesota. En ces temps ou le Western est une réalité, la guerre commerciale que se livrent les compagnies de chemin de fer sont rudes et il y a peu de place pour l'humanisme.

Jeu le plus primé, devant les catanes et autres carcassonne, nous avons eu le plaisir de tester chez des amis les aventuriers du Rail version US ce week end (après une partie d'agricola à 5 qui ferra l'objet du prochain billet).

Première impression:

Le jeu tiens ses attentes, rapide, fluide, simple à comprendre, tactique et doué d'un beau matériel, on retrouve les ingrédients qui font un bon jeu. Chacun des 2 à 5 joueurs se retrouve à la tête d'une compagnie ferroviaire aux états unis. L'objectif est d'accumuler le maximum de points en assurant des liaisons entre villes voisines, en réussissant des objectifs de liaisons ou en ayant le parcours le plus long.

Le matériel est composé de 5 paquets d'une cinquantaine de wagons, d'un paquet de cartes wagons de 7 couleurs (blanc, noir, rouge, orange, vert, bleu, rose) et des locomotives multicolores, d'un autre paquet de cartes objectifs portant deux noms de villes à relier et la valeur en point de la liaison et d'un gigantesque plateau de jeu 100x70 cm représentant les Etats unis dont les villes principales sont reliées par des liaisons composées de 1 à 5 rectangles soit gris, soit d'une des 7 couleurs des cartes, certains chemins sont doublés. Le plateau de jeu est entouré d'un chemin de décompte des points.



La mécanique de jeu est très simple, au début du jeu, chaque joueur se voit remettre 3 cartes objectifs dont il peut choisir d'en rejetter deux au maximum. A son tour de jeu, il a le choix entre 3 actions:
- prendre deux cartes wagon ou une carte locomotive soit parmi les 5 retournées, soit sur la pioche non visible,
- piocher 3 cartes objectifs et en rejetter 2 au maximum, on ne peut pas rejetter une carte objectif reçu plus tôt, il faut absolument réussir son objectif,
- dépenser des cartes wagon de même couleur, avec éventuellement des locomotives faisant office de joker. Il pose alors le même nombre de wagons sur une liaison qui a exactement la longueur du nombre de carte dépensé et soit de la couleur des cartes wagons, soit de couleur grise. Il marque alors des points en fonction de la longueur du trajet une longueur de 1 rapportant 1 point, une de 4 rapporte 7 points etc.

Le joueur doit enfin, si il a rempli un de ses objectifs, montrer sa carte objectif qui lui rapporte des points.

Lorsqu'un joueur a réussi sa dernière carte objectif, il doit au tour suivant en repiocher 3 pour en conserver de 1 à 3.

La partie se termine lorsqu'un joueur ne dispose plus que de 2 ou moins wagons, les autres joueurs disposent d'un tour de jeu avant la fin de la partie.
En fin de partie, le joueur ayant le plus long trajet (d'une ville A à une ville B) en terme de wagons rapporte 10 points.
Tout objectif non réussi est déduit des points des joueurs.

[wagon stratégique]
Aussi simple que soit le mécanisme du jeu, il apporte son lot de stratégie. On prendra en considération par exemple
- lprendre position sur un chemin stratégique, qui va pouvoir être utilisé pour plusieurs objectifs et qui peut bloquer les adversaires,
- reserver des entrées dans une ville objectif qui commence à être très occupée par les autres joueurs,
- prévoir en fin de partie de ralonger son chemin et garder pour le dernier tour un objectif à portée, afin de ne pas avoir à tirer au dernier tour des cartes impossibles à réussir.

Terminus, tout le monde descends:
J'ai été second sur trois à l'unique partie que j'ai jouée, nous avions cependant des écarts entre joueurs minimes, nous tenions tous dans un intérvalle de 20 points (120 à 140).
Le jeu en lui même se déroule à une rythme rapide qui fait que l'on ne s'ennuie pas, la partie fut bouclée en à peine plus d'une demi-heure.
Le plateau une fois rempli est beau et on se surprend à être fier de ses réalisations ferroviaires.

En ces temps de grèves générales approchantes, pouvoir s'amuser avec des trains un rare luxe.









Liaisons internet:
le site de l'éditeur Day of wonder comporte une vidéo de présentation du jeu en LSF d'une bonne demi-heure, une heureuse initiative qui mérite d'être signalée.

la fiche tric-trac

A noter qu'il existe une version Europe qui sera bientôt à moi (mon precieux) comportant, outre une carte du vieux continent, quelques règles supplémentaires. Il existe aussi une version allemagne, scandinave et de nombreux fan art (suisse, belgique etc.)

Publié dans Jeux de plateau

Commenter cet article